NEIGHBORS GEEKERIE « Les rêves de Sachla »


clip de l’artiste peintre SACHA LEROY réalisé par Seenya Games et Sacha Leroy


 
synopsis

Sachla un petit garçon de huit ans dans une famille dont le père est alcoolique et violent, une mère désabusée du pouvoir de son mari, une grand-mère maternelle un peu folle et une sœur jalouse, nous dévoile son rêve à travers son imaginaire dans un clip glauque interprétant le tableau « NEIGHBORS GEEKERIE « Les rêves de Sachla » » du peintre Sacha Leroy.

 


 
 

 
 


 
concept

Quand les rêves se mêlent à la peinture et que la peinture se mélange au cinéma, alors une autre dimension de l’art s’ouvre à nous. Sachla un petit garçon de huit ans, nous offre son univers, un imaginaire sans limite, qu’il nommera « Neighbors Geekerie ». Neighbors est la traduction de voisin en anglais et Geekerie est un nouveau mot inventé par Sachla dont la signification est le jeu. Voisin et jeu ? Et oui, la vie ne se passe jamais seule, chaque jour de nouvelles rencontres, quand on ouvre les yeux et qu’on observe un peu plus en profondeur les gens qui nous entourent, nous pouvons jouer de notre créativité à l’infini et ainsi imaginer n’importe quoi sur n’importe qui. C’est ce que fait ce petit homme chaque jour, pour oublier l’ennui et la déprimante atmosphère qui l’entoure. Un père alcoolique et violent, une mère désabusée du pouvoir de son mari, une grand-mère maternelle qui tente bien d’arranger les choses malgré sa folie et une sœur jalouse, qui voulant être fille unique n’a jamais supportée l’arrivé de son petit frère. Comment Sachla ressent-il les choses ? Qu’imagine-t-il pour se défaire de l’image de cette famille peu ordinaire ? Avant de pénétrer dans son univers, il tenait à vous dire ceci : « La vie, c’est comme une partie de dada, le destin des dés nous fait avancer, puis il faut sauter par dessus les autres pour gagner et rentrer à l’écurie. »

 


logo en-tête


note d’intention

SACHA LEROY :

Vouloir mélanger les arts est devenu un besoin. Depuis tout jeune j’exprime ma solitude dans la peinture, car quand je suis seul, je peins et quand je ne le suis pas, je joue. Ayant suivi deux années de training intensif pour comédiens, au Studio Pygmalion de Montrouge, j’ai toujours eu comme une sensation de manque quand je jouais ou quand je peignais.
Eté 2015, j’ai allumé une bougie, puis j’ai posé une photo de moi quand j’avais huit ans et je me suis remémoré tous les rêves que j’avais à ce moment précis, car à cet âge-là, rien ne nous arrête. J’ai repensé à ma façon de jouer, à ma vision du monde et des gens qui m’entouraient, puis je me suis souvenu que ce qui m’inspirait quand je dessinais, c’était quand je rêvais des autres ou quand je jouais avec mes copains. J’ai donc regardé cette photo une dernière fois , soufflé la bougie, et à partir de cet instant, je me suis mis à peindre jours et nuits sans arrêt, sans me poser de questions et sans réflexion. Tout ce qui sortais de mes toiles reflètait la passion que j’avais étant gamin, caricaturée par mon imaginaire de gosse. J’en suis même arrivé à peindre ma table à manger et la transformer en table de dada (petits chevaux) pour qu’elle ressemble le plus possible au jeu auquel je jouais avec ma mère. J’ai donc créé des personnages en résine, correspondant à Sachla et sa famille.
Au fur et à mesure que mes toiles se terminaient, je me suis dit que je ne pouvais en rester là, il fallait que mes personnages racontent leur histoire, qu’ils s’expriment aux yeux de tous et se délivrent des nombreux secrets qui se cachent derrière chacune de leurs toiles. Une mélodie m’est venue en tête, des paroles et j’ai ensuite écrit les paroles, le synopsis , dessiner les plans et élaborer la mise en scène de NEIGHBORS GEEKERIE. Après tout ça, j’ai contacté Yassine, un réalisateur pour lequel j’ai joué. Ayant deux univers complétement différents, je me suis dit que le mélange des deux genres pourrait être explosif de nouveauté. Aimant beaucoup l’ambiance et l’esthétisme de ses films, je l’ai contacté et lui proposa de m’accompagner dans cette aventure, pour filmer, monter et réaliser avec moi ce court métrage. Il accepta, je me suis mis immédiatement dans la folle course au casting afin de trouver des comédiens bénévoles et ressemblant aux personnages de mes toiles, j’ai donc préparé un dossier béton pour convaincre des comédiens qualifiés de participer à «Neighbors Geekerie ».
Une fois l’équipe au complète, j’ai démarché des compositeurs pour que l’air et les paroles que j’avais eu dans la tête prennent vie. J’ai donc par la suite rencontré Julian Julien, saxophoniste reconnu et compositeur de nombreux films et séries. Le feeling est tout de suite passé entre lui et moi, nos univers se sont compris et après de nombreuses maquettes nous avons créé la mélodie souhaitée. Un mélange d’angoisse et de fête, où rien n’est laissé au hasard. Des notes qui dérapent, mêlant la rébellion d’une femme classique au monde du rêve et de la folie.
« Neighbors Geekerie » est un mélange du monde adulte (le coté sombre) et de l’enfance (le côté positif). Chacune de mes toiles se relient et pour en connaitre les secrets, il suffira de regarder les vidéos dans lesquelles bons nombres d’indices seront dévoilés, mais pas seulement. Le concept de « Neighbors Geekerie » est de mélanger tous les arts, c’est pour cela que lors de l’exposition, nous entrerons dans la chambre du petit Sachla (voir plan). Mais pourquoi la chambre ? Car tous nos rêves prennent de l’importance dans notre profond sommeil. Une chambre est un espace très intime, ou nous pouvons comprendre beaucoup de la personne qui y vit. C’est aussi l’une des seules pièces où Sachla peut se retrouver seul, à jouer, dessiner et créer.

 
 
SEENYA GAMES :

Un concept original, un scénario précis, des acteurs costumés et un stoaryboard détaillé, sont les éléments qui m’ont engrainé à réaliser le projet « NEIGHBORS GEEKERIE » de Sacha Leroy, qui a participé en tant qu’acteur à mon film « CINQ JOURS La marelle de la vie ».
Ayant réalisé beaucoup de films urbains, évènementiels ou d’entreprises, ce projet fut pour moi l’occasion de pratiquer dans un registre diffèrent de ce que j’avais eu l’habitude de réaliser jusqu’à ce jour.
Mon objectif a été de mettre au mieux en images le storyborad qu’il ma communiqué en suivant ses recommandations, une ambiance sombre et colorée pour lesquels j’ai utilisé des mandarines avec des gélatines rouges, orangées et bleues pour les premiéres scènes , et des panels LED pour la scène de fin de « La Femme du Miroir. »
Au niveau des mouvements de caméras qu’il souhaitait fluide j’ai utilisé une grue et un slider dans le but que ces mouvements correspondent au rythme lent de la musique.
Tourné en BLACK MAGIC 4K avec des objectfs « grand angle » pour obtenir un cadrage large.

 
 


logo en-tête